Socialisation Secondaire Dissertation Abstracts

MONTEILVendredi 25 mars 2016DM

Jules

1°ESS.E.S

NOTE :

REMARQUES :

20

Sujet : En quoi la socialisation secondaire prolonge-t-elle la socialisation primaire ?

    La socialisation est le processus au cours duquel un individu apprend à vivre en société, durant lequel il mémorise les normes et valeurs et par lequel il construit son identité psychologique et sociale. Elle se compose à la fois de contrainte imposées par certains agents sociaux, mais aussi du développement de comportements prosociaux et d'interaction entre l'individu et son environnement physique et socioculturel. Elle favorise la reproduction sociale sans éliminer les possibilités de changement social. Ce processus est majeur durant l'enfance et l'adolescence (socialisation primaire) mais se poursuit tout au long de sa vie ( socialisation secondaire). Nous pouvons donc nous demander si la socialisation secondaire est une prolongation de la socialisation primaire ? Nous verrons donc dans un premier temps que oui c'est une prolongation de la socialisation primaire et dans un deuxième temps que la socialisation secondaire n'est pas forcément le prolongement de la socialisation primaire.  

I/La socialisation secondaire prolonge la socialisation primaire...

    La socialisation primaire n'est qu'une partie de notre la socialisation, la deuxième étant la socialisation secondaire qui viendra prolonger cette dernière.

    1 – … car nous réapprenons des choses sur des bases de la socialisation primaire.

    Durant notre socialisation primaire nous apprenons normes et valeurs. Suivant le milieu social les normes et valeurs ne vont pas être les mêmes, mais dans chaque milieu un point commun se fait sentir. Pour montrer ce point commun prenons deux enfants de deux milieux sociaux différents le premier étant issu d'une famille de cadre et le second d'un milieu ouvrier. Le premier enfant donc, pendant la socialisation primaire va être orienté par sa famille à faire des études et fréquenter un réseau social bien spécifique qui va coller à son milieu social. C'est alors que l'enfant va faire comme choix durant la socialisation secondaire de suivre l'exemple de ses parents (un métier proche de son milieu). Cela sera de même pour le deuxième enfant issu du cadre ouvrier, sauf que pour lui sa socialisation primaire sera en lien avec son milieu c'est à dire peu d'étude et également une fréquentation particulière. Mais lui aussi va poursuivre sa socialisation secondaire sur les traces de sa socialisation primaire. Pour prendre un second exemple nous pouvons citer Berger et Luckmann qui mettent en évidence les langues vivantes. Selon eux on apprend une seconde langue durant la socialisation secondaire en la construisant sur une réalité pré-donnée de sa langue maternelle apprise donc pendant la socialisation primaire. Alors pendant longtemps on retraduit continuellement les éléments de la nouvelle langue dans l'ancienne ce qui nous prouve la complémentarité de la socialisation secondaire sur la socialisation primaire.

    Outre ces exemples, les différences entre sexe notamment chez les femmes peuvent montrer une prolongation de la socialisation primaire.

    2 – … car les tendances en fonctions des sexes restes principalement inchangées, particulièrement chez les femmes.

    La socialisation primaire est différente en fonction du sexe. Pour exemples lorsqu'un garçon tombe on va le remettre sur ses pieds et lui demander de ne pas pleurer, lui dire que ce n'est rien alors que la petite fille sera consolée, cajolée et on trouvera ses larmes plus naturelles. Cela est de même pour les jouets, un garçon va plutôt jouer à la guerre et aux petites voitures alors qu'une fille sera amenée à jouer à la poupée, à la cuisine ou encore au ménages. Selon Baudelot et Establet une fille durant l'enfance va apprendre l'obéissance, la docilité, l'attention à autrui etc... Toutes ces choses retenus pendant la socialisation primaire vont être prolongées durant la socialisation secondaires. Dans ces cas là, les filles vont plutôt s'orienter vers des métiers de professions intermédiaires ou encore comme employées. Les filles vont également être plus amenées en couple à continuer durant leur socialisation secondaire à faire le ménage, la cuisine... c'est à dire faire du copié/collé sur leur socialisation primaire.

...

Résumé

L’objectif de cette étude est d’analyser des recherches portant sur des interventions fondées sur le sport en milieu de réhabilitation afin de comprendre comment et pourquoi de telles initiatives peuvent avoir un impact sur la réhabilitation des jeunes participants. Une revue de la littérature à été effectuée à partir de quatre bases de données : ERIC, Criminal Justice Abstracts, Psycinfo et Sport Discuss. Toutes les études répondant aux critères d’inclusion (N = 10) ont d’abord été analysées de manière descriptive, puis compréhensive à la lumière de la Théorie du changement (Weiss, 1998). Ces analyses ont permis de mettre en lumière les facteurs associés au fonctionnement des interventions basées sur le sport auprès des jeunes contrevenants. Les grands thèmes sous lesquels se regroupent les principaux facteurs sont (a) les jeunes participants (participation et non participation), (b) l’intervention basée sur le sport (objectifs et mécanismes), (c) l’expérience sportive des participants (entraîneurs et discipline sportive), (d) les effets de l’intervention sur les participants (attitude face à la délinquance, comportements délinquants, physique, psychologique, social et psychoéducative), et finalement, (e) les facteurs influençant la relation entre la participation sportive et les impacts sur les jeunes participants (intra personnels, interpersonnels et programmation). La présente étude mène à des recommandations sur l’implantation d’une intervention basée sur le sport en milieu de réhabilitation.

Mots clés :
  • Jeunes contrevenants,
  • réhabilitation,
  • interventions basées sur le sport

Abstract

Sports and Young Offenders: A Descriptive and Comprehensive Analysis of Ten Interventions

The objective of this study is to analyze research on sports-based interventions in a rehabilitation environment to understand how and why such initiatives can have an impact on the rehabilitation of young participants. A review of the literature was performed from four databases: ERIC, Criminal Justice Abstracts, Psycinfo and Sport Discuss. All studies meeting the inclusion criteria (n = 10) were initially analyzed in a descriptive and comprehensive manner in light of the Theory of Change (Weiss, 1998). These analyses have shed light on the factors associated with the operation of sport-based interventions with young offenders. The main themes under which the factors are grouped are: (a) the young participants (participation and non-participation), (b) sports-based intervention (objectives and mechanisms), (c) participant’s sports experience (coaches and sports), (d) the impact of the intervention on participants (attitude towards delinquency, delinquent behaviour, physical, psychological, social and psycho-educational), and finally, (e) the factors influencing the relationship between sports participation and impacts on young participants (intrapersonal, interpersonal and programming). The study concludes with recommendations related to the implementation of a sports-based intervention in rehabilitation areas.

Keywords :
  • Young offenders,
  • rehabilitation,
  • sports-based interventions

One thought on “Socialisation Secondaire Dissertation Abstracts

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *